dimanche 8 juillet 2007

le scribe errant

J'ai lu cet article lors de sa parution... j'y pense souvent... il me trouble toujours...

sujet de réflexion:
lequel d'entre nous est, aujourd'hui, certain de ne jamais devenir un " scribe errant " ?


-----------------------------
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-766591,0.html

Chronique
La SDF, sa voiture et son blog
LE MONDE | 28.04.06 | 15h01 • Mis à jour le 28.04.06 | 15h01
LONDRES CORRESPONDANT




C'est une histoire d'aujourd'hui, singulière, mais tristement exemplaire. L'extrême solitude s'y épanche dans la communication virtuelle. Elle commence un jour d'août 2005, lorsqu'une jeune Londonienne, tout juste trentenaire, intelligente et cultivée, voit sa vie basculer.

Ayant perdu son emploi et souffert d'une rupture sentimentale, elle ne peut plus payer son loyer, traverse une crise psychologique, et se retrouve à la rue. Ou plutôt dans sa voiture, remplie à la hâte de ses effets personnels. Elle se met au volant, roule dans Londres, mais n'a nulle part où aller. La perspective de trouver asile dans un refuge pour SDF la rebute. Elle choisit alors d'élire domicile dans sa vieille Rover.


Depuis huit mois, elle vit en partie dans sa voiture, qu'elle gare un peu à l'écart, et y dort chaque nuit, enfouie dans un sac de couchage. Elle a quitté le champ de vision de ses anciens amis et collègues de travail. Grâce à son allocation chômage, elle achète la nourriture et l'essence, prenant ses repas à prix réduit dans des cantines. Elle met un point d'honneur à rester propre et d'apparence impeccable. Elle prend des douches et repasse ses vêtements dans des lieux publics, comme les hôpitaux. Nul ne peut deviner, à la voir, son nouveau mode de vie, qu'elle fait tout pour dissimuler.

Elle a pourtant décidé d'en parler... sur Internet. L'idée lui est venue de créer un blog où elle confie son expérience à des milliers d'inconnus. Chaque jour ou presque, elle s'installe dans une bibliothèque de quartier, accède au Réseau et détaille ses espoirs et ses tourments. "Honteuse" de sa "vie bizarre", elle garde son nom pour elle et signe d'un pseudonyme, le Scribe Errant. Sean Coughlan, le journaliste qui relate cette histoire sur le site de la BBC, l'a rencontrée, et lui seul. Elle est, dit-il, d'une agréable compagnie.

Sur son blog, le Scribe Errant raconte ses menues épreuves quotidiennes, les douleurs physiques, le manque de sommeil, la crainte d'être découverte ou délogée de son domicile ambulant : "Mon corps est déformé par le froid et la peur. Aujourd'hui, je suis au bout du rouleau. Mon seul désir est de m'allonger sur une surface plate, dure, et chaude." D'une écriture vive et dense, elle rend compte surtout de ses souffrances mentales, de son enfance difficile, de ses efforts pour retrouver confiance et respect de soi-même. Ce blog, assure-t-elle, est un instrument pour "rester sain d'esprit".

L'aventure du Scribe Errant attire l'attention sur la gravité du problème des sans-abri en Grande-Bretagne, largement sous-estimé. Ils seraient au total 380 000, selon l'association caritative Crisis, victimes de la destruction des liens familiaux et du manque de soutiens affectifs ou amicaux. La meilleure preuve en est le nombre important d'internautes qui ont réagi à la diffusion de l'article de la BBC en témoignant qu'ils s'étaient, eux aussi, retrouvés un jour ou l'autre sans domicile fixe.

Plusieurs d'entre eux précisent avoir déjà rencontré des SDF vivant dans leur voiture : "C'est beaucoup plus courant qu'on ne pourrait le croire", note Nicky, de Newcastle.

Un autre, qui a vécu la même expérience, souligne : "Le plus dur est l'isolement, pendant les longues nuits noires." La plupart des internautes expriment leur sympathie ou leur compassion. Quelques-uns sont sceptiques : "Cela sent le coup médiatique", tranche Kathryne, ce qui indigne la principale intéressée.

D'autres, comme Stuart d'Ipswich, en veulent au Scribe Errant de paraître repousser l'aide publique et privée, financière et médicale, destinée aux SDF : "Sans doute cette personne a-t-elle une carte Visa ou Amex dans la boîte à gants, au cas où." Huw commente : "C'est son choix de vivre dans la rue. Ce sera sa faute si quelque chose de mal lui arrive."

Réponse du Scribe Errant : "J'espère être bientôt dans une chambre à moi où je pourrai fermer ma porte sur le monde et tirer les rideaux."



Jean-Pierre Langellier
Article paru dans l'édition du Monde du 29.04.06

----------------------------------------------
pour être complet lire aussi
http://gklein.blog.lemonde.fr/2006/04/28/2006_04_la_sdf_blogueus/

pour les anglophones allez directement à l'article original de Sean Coughlan (BBC News Magazine)
http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/magazine/4923488.stm

et bien sûr au site lui-même
http://wanderingscribe.blogspot.com/2006_02_01_archive.html

1 commentaire:

cassy a dit…

pour répondre à la question , sans doute celui qui est aimé par plusieurs personnes...